jnct 18 1Le jeudi 25 octobre 2018, à la grande salle de l’Agora Senghor de Lomé au Togo ont été lancées les activités marquant la 14ème édition de la Journée Nationale de la Commune Togolaise placées sous le thème : « Décentralisation Financière et Mobilisation de Ressources par les Collectivités Territoriales : enjeux, outils et méthodes ». La rencontre de cette édition vise à Informer et sensibiliser les participants à améliorer la prise de conscience et l’appropriation des enjeux et défis de la décentralisation financière en Afrique de l’Ouest.

Cette édition a enregistré la participation d’imminentes personnalités parmi lesquelles les Présidents des Délégations Spéciales et Secrétaires Généraux des vingt - une (21) communes membres de l’Union des Communes du Togo (UCT), les autorités traditionnelles, les représentants des Associations de Pouvoirs Locaux d’Afrique et d’ailleurs, les opérateurs du secteur privé, les représentants des coopératives et agences de promotion du secteur informel, les acteurs de la Société Civile (OSC), les représentants de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), des Ministères sectoriels, des Partenaires au développement, des acteurs du monde universitaire et de la recherche, le Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique, Branche Togo (REFELA-Togo), les médias .

Ouvrant les travaux de cette 14ème édition de la JNCT, Madame Mazamaesso ASSIH, la Secrétaire d’Etat auprès de la Présidence de la République, chargée de l’Inclusion Financière et du Secteur Informel, représentant le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a salué cette initiative annuelle de l’UCT.

Elle a exhorté l’UCT à mettre en œuvre de façon effective les recommandations et directives de l’UEMOA en vue de permettre d’éviter les graves crises et menaces sécuritaires auxquelles font face les Etats africains, et qui trouvent leur source dans le faible ancrage de l’État au niveau local.

La secrétaire d’Etat a souligné l’effort du Gouvernement togolais sous l’impulsion du Chef de l’Etat en vue d’opérer la mise en œuvre effective du Fonds d’Appui aux Collectivités Territoriales (FACT) qui apparaît aujourd’hui comme l’outil par excellence de la décentralisation et la péréquation financière dans notre pays. Avant de déclarer ouverts les travaux, elle a remercié tous les participants et partenaires qui accompagnent le Togo dans son processus de décentralisation.

Bien avant l’intervention de la Secrétaire d’Etat, le Contre-amiral Fogan Kodjo ADEGNON, Président de l’UCT et Président de la délégation spéciale de la commune de Lomé a prononcé son mot de bienvenue dans lequel il n’a pas manqué de féliciter et de remercier la présence des invités d’honneur, des délégations étrangères et de tous les participants qui ont rehaussé l’éclat de la manifestation et sans oublier les partenaires qui ont contribué pour l’organisation de la 14ème édition de la JNCT.

Suite aux mots de bienvenue ce fut l’allocution

du Dr. Domenica PREYSING, Premier Secrétaire et Chef de Coopération, représentant l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo suivi de celle de Monsieur Vincent VIRE Chef de coopération de l’UE, représentant Madame l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Chef de Délégation de l’Union Européenne au Togo sans oublier l’allocution de son Excellence, Monsieur Marc VIZY, Ambassadeur de France au Togo. Tour à tour chacune de ces sommités dans leurs interventions ont souligné la pertinence du thème et c’est lieu pour le Chef de coopération de l’UE d’émettre le vœu que la prochaine JNCT puisse voir la participation des maires élus des 116 communes togolaises nouvellement créées.

Prenant la parole lors de la conférence inaugurale suite à l’intervention de l’ambassadeur

de France au Togo, El-Hadj Malick DIOP, Président de la Commission économique et Financière du CCT-UEMOA a salué la pertinence du thème qui s’inscrit dans le cadre des orientations du Conseil des Collectivités Territoriales (CCT) de l’UEMOA. Ainsi, partant du postulat selon lequel «mobiliser efficacement les ressources mobilisables», les Etats membres de l’UEMOA doivent œuvrer pour assurer une décentralisation financière aux collectivités territoriales en s’appuyant sur toutes sortes de leviers existants dans le domaine.

Prenant la parole à la suite de la conférence inaugurale, Monsieur Kossi TOSIO Directeur de Cabinet, représentant le Ministre de l’économie et des finances a salué les efforts de l’UCT dans la promotion du développement local qui s’est encore démontré par la pertinence du thème choisi pour la JNCT 2O18.

Il a reconnu la faible maitrise de la chaîne fiscale et des mécanismes de transfert financier par les collectivités territoriales.

jnct 18 2

jnct 18 5Suite à la cérémonie d’ouverture, les travaux de cette édition de la JNCT se sont poursuivis en ateliers. Il s’agit de trois ateliers déclinés en communication notamment :

Atelier 1 : de la décentralisation financière en Afrique de l’ouest : Enjeux, Défis et Perspectives ;
Atelier 2 : Echanges d’expériences sur les cas de bonnes pratiques en matière de mise œuvre de la décentralisation et la péréquation financière au profit des collectivités territoriales ;
Atelier 3 : Mobilisation de ressources et financement de l’action publique locale, contribution des taxes sur les gares routières, des taxes sur l’exploitation des carrières et mines.

Le premier atelier est structuré en deux communications à savoir :

Communication 1 : Enjeux et/ou défis de la décentralisation financière en Afrique de l’Ouest. Cette communication est présentée par le Dr. Mahamadou DANDA qui a fait la situation de la décentralisation financière en Afrique de l’Ouest, les difficultés (les blocages par catégorie d’acteurs) et défis majeurs ainsi que les clés de réussite ;
Communication 2 : décentralisation financière au Togo : état des lieux, enjeux et perspectives.

Cette communication est présentée par Monsieur ADI Tabala, Chef Division Tutelle des communes au Ministère chargé des Collectivités Territoriales au Togo, qui a fait un état des lieux de la décentralisation financière au Togo.

Ces deux communications ont fait place à un panel organisé en vue de susciter des questions et des débats. Les échanges qui ont eu lieu, ont permis de partager les expériences en matière de décentralisation financière du Bénin, du Rwanda et les mécanismes en préparation au Togo. Ces échanges ont suscité des interrogations des participants auxquelles des approches de solutions sur des aspects précis ont été apportées.

L’assistance après les questions aux panelistes des communications précédentes, a suivi une présentation du Frère Sébastien DJAGBA relative aux activités de l’Association de Soutien et d’Appui aux Brûlés, une association à but non lucratif créée en 2016.

Le deuxième atelier, s’est déroulé au deuxième jour et a permis aux participant(e)s de s’imprégner des cas de bonnes pratiques (contraintes et atouts) et expériences sur la décentralisation et la péréquation financière au profit des collectivités territoriales du Burkina-Faso et du Rwanda, sans oublier les cas de bonnes pratiques de ProDeGoL /GIZ au Togo.

Le troisième et dernier atelier a porté sur deux communications et sur des expériences du Sénégal et du mali en matière de gestion de gare routière et d’exploitation de carrières et mines.

La première communication fut présentée par Madame OURO-BANG’NA Nanamolla et est relative à l’exploitation et la gestion des gares routières au Togo : Etat des lieux, enjeux et perspectives pour les Collectivités Territoriales. Quant à la deuxième, elle aborde l’Exploitation des carrières et mines dans les CT et financement de la décentralisation au Togo, quelle responsabilité pour les entreprises ? Cette dernière communication fut présentée par Monsieur Didier Kokou AGBEMADON.

A l’issue, de ces deux jours de travaux, des recommandations ont été formulées notamment rendre opérationnelle le FACT, accélérer la transposition de la directive de l’UEMOA portant régime financier des collectivités territoriales dans la législation nationale, Créer au sein de chaque ministère sectoriel, une cellule d’appui à la déconcentration/décentralisation etc.

 

Aller au haut